Accueil | l'équipe | infos pratiques | reportage | artistes | hors l'été | 15 ans de musique 1998

Z o o m

BevindaLucien ZerradPatrick Fournier
Etienne Roumanet, Jean-Luc Pacaud, Jean-François Ott
BEVINDA
Vendredi 17 juillet 1998

Bevinda chant
Lucien Zerrad guitare
Etienne Roumanet contrebasse
Jean-Luc Pacaud percussions
Jean-François Ott violoncelle
Patrick Fournier accordéon


Programme 1998
Caroline Jazz Band |
Sweet Mama |
Francis Lockwood trio
  1 9 9 8


« Un accordéon tangue, un violoncelle sanglote, une guitare se rebelle, des percussions s’exaltent pendant que la voix de Bevinda joue les envolées frémissantes qui enflent comme les voiles d’un bateau. »
Avec une volupté pudique, Bévinda interprète le fado, non celui, âpre et désespéré des marins portugais à la vie dure, mais le fado alerte et badin de citadins à la recherche de racines... Sa voix cristalline monte très haut dans les aigus, tour à tour gamine et joyeuse ou gorgée de nostalgie. Quelque part entre Madredeus, le groupe de Lisbonne et Césaria Evora, la chanteuse aux pieds nus du Cap Vert, la belle Bevinda nous invite à cultiver la saudade, le spleen, le blues, le vague à l’âme.
Le fado est une musique de l’exil, celui chanté par Bévinda est envoûtant et très particulier, s’enrichissant de voluptés orientales venues de Goa et d’ailleurs : auteur, compositeur, interprète mais aussi guide de haute montagne, Bévinda mélange les genres, entre des racines portugaises et une vie de baroudeuse. Pas étonnant que ses chansons soient aussi une invitation au voyage !